Espace public Récits
Accueil Espace membres Espace public Contacts Les Sombas Inscription

Récits

koutammarikou@yahoo.fr

Site Optimisé pour Chrome - Téléchargement

Si vous saviez tous vos talents pour engendrer petits et grands bonheurs !


Si  vous  aviez  vu,  dans  la  pénombre  surchauffée  de  la  vieille  classe  aux  murs  de  terre  sèche  tandis  que  les  enfants  de  Koutanongou  jouaient  dehors,  les  sourires  un  peu  timides  des  trois  femmes  assises  ensemble  sur  un  pupitre,  les  regards  entendus  des  hommes  serrés  au  fond  de  la  pièce,  lorsque  la  petite  assemblée  de  Blancs  et  de  Noirs,  de  Noirs  et  de  Blancs,  qu’importe,  a  décidé  que  la  pompe  du  forage  serait  réparée.  Si  vous  aviez  entendu  les  applaudissements  spontanés  des  femmes  et  les  causeries  des  hommes  lorsque  la  même  assemblée  a  validé  la  construction  d’une  école,  une  vraie.  Si  vous  aviez  serré  ses  mains  rêches  dans  vos  mains,  ces  corps  secs  dans  vos  bras,  dans  un  mélange  âcre  d’odeurs  de  sueurs,  de  poussières  d’harmattan  et  de  vêtements  usés,  graisseux,  troués et  patinés,  avant  de  partager  la  pâte  de  maïs  et  la  sauce  piment.


Si  vous  aviez  regardé  les  yeux  des  enfants,  pétillants  comme  des  billes  ou  des  étoiles  dans  la  moiteur  de  la  paillotte  dont  les  palissades  contredisent  bien  le  soleil,  lorsque  le  maître   Victorin  a  dit  que,  bientôt,  d’autres  Blancs  viendront,  dans  quelques  semaines,  et  qu’ils  apporteront  avec  eux  de  nouveaux  ballons  et  des  habits.


Si  vous  saviez  le  bonheur  du  Vieux  qui  est  en  photo  sur  la  couverture  du  livre  Koutammarikou  et  dont  vous  avez  peut-être,  tous,  sauvé  la  vie.  Car  lorsque  nous  sommes  arrivés  devant  son  tata  pour  offrir,  à  sa  femme  et  à  lui,  quelques  habits,  nous  avons  vu  qu’il  vacillait  sur  ses  jambes  frêles  et  que  l’arrière  de  sa  tête  était  orné  d’un  gros  abcès  purulent,  plus  gros  qu’un  œuf  de  poule,  suintant  une  suppuration  jaune  et  gluante.  Alors  en  urgence  nous  sommes  allés  chercher  un  infirmier  à  la  ville.  Il  a  cassé  l’œuf  et  l’a  vidé  de  son  humeur,  l’a  désinfecté.  Et  depuis  il  a  été  décidé  que  la  science  retournerait  voir  le  Vieux  tous  les  trois  jours,  et  depuis  la  plaie  monstrueuse  se  referme  lentement,  et  depuis  le  Vieux  sourit.


Maintenant  vous  savez.


Mado,  Marie,  Xavier,  Patrick  et  Philippe